©Planeterrella Un simulateur d’aurores polaires
Accueil > fr > Ressources > Travaux scolaires et universitaires > Ecole primaire

Ecole primaire

Yannis :
Le matin du vendredi 4 mai, nous sommes allés à l’IPAG (institut de planétologie et d’astrophysique de Grenoble). Là-bas, nous avons rencontré Jean. Il nous a expliqué ce qu’il avait fabriqué avec ses collègues en reproduisant et améliorant la Terrella inventé par Kristian Birkeland entre 1896 et 1917. C’est une sphère magnétisée dans une enceinte à vide avec une pompe qui aspire l’air.
Cela faisait de la lumière sous forme d’aurores polaires. Il ne fallait aucune lumière sinon cela ne fonctionnait pas.
C’était très intéressant et très beau à voir.

Théo
La Planeterrella est un simulateur d’aurores boréales. Nous en avons eu une présentation par vidéoprojection à l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble.
Ces aurores sont des rideaux de lumières de couleurs qui sont formés par les champs magnétiques du soleil qui rentrent dans l’atmosphère de la Terre. On les voit surtout par une nuit plutôt sombre.
Pour finir, nous avons eu le droit à une démonstration. Dans une cloche en verre, on enferme deux sphères métalliques et on crée le vide à l’intérieur. On leur envoie à chacune un champ magnétique et on observe la création d’une lumière.
On peut donc créer des aurores boréales.

Ronan
La Planeterrella est un simulateur d’aurores polaires. Elle a été crée à l’aide de la Terrella de Birkeland qui avait un défaut : les planètes étaient suspendues et à force d’aimantation, elles se touchent, se détachent et se cassent. A l’IPAG, on a trouvé un moyen de rectifier cela : en les posant sur des socles. On y a aussi trouvé, à force de recherches, une planète similaire à la Terre et que 90% du réchauffement climatique sur Terre était dû à l’homme.

Quentin
Le vent solaire est l’électricité envoyée par le soleil vers les planètes qui la reçoivent. La Terre a une atmosphère qui empêche le vent solaire de l’atteindre. Le vent solaire se transforme alors en lumière appelée aurores boréales au nord et aurores australes au sud ou aurores polaires si on parle du nord et du sud.
Il y a 350 aurores boréales en Laponie pour 2 à Saint Martin D’Hères.
Comme je fais de la course d’orientation, j’ai aussi retenu que la boussole ne montre pas le nord géographique mais magnétique.

Nicolas
J’ ai adoré la sortie à l’ IPAG car on nous a montré une expérience sur les aurores polaires avec des aimants car les aurores polaires sont faites grâce au magnétisme. Il y a un ovale auroral au pôle sud et au pôle nord.
On a aussi appris qu’une boussole montre le pôle nord magnétique.

Mathis
Nous avons vu un simulateur d’aurores boréales surnommé Plannetterella. Jean a mis 2 sphères dans un petit bocal sans air . Il nous a montré aussi que quand il mettait du gaz cela formait une aurore boréale. Et il nous a montré un petit film où il y a l’endroit où Jean observe les aurores boréales .

Léna
Nous avons appris que les aurores boréales ne se montraient que quand il faisait nuit noire, sans lune. Apparemment, il y en a 350 en Laponie tous les ans.
Le professeur a donc fait une expérience pour nous montrer comment Kristan Birkeland a fait pour comprendre le mécanisme des aurores polaires. Il nous a fait la démonstration que K. Birkeland avait faite.
Il est donc allé en Laponie plusieurs fois pour ce magnifique spectacle de la nature.
Pour en revenir à l’expérience, qui, elle était fascinante, je vais donc vous l’expliquer : il y avait deux sphères de tailles différentes. Par moment, la petite sphère était une planète, et une petite buse électrique une étoile. On pouvait voir, grâce au « vent solaire » les ovales auroraux au nord et au sud.
Grâce à la boussole, il nous a expliqué qu’elle ne montrait pas vraiment le nord, mais le nord magnétique.
Vers la fin, il nous a offert une brochure de la « Planeterrella ». Il y avait dedans les photographies d’un observatoire observant les aurores boréales, les photographies de l’expérience. Nous sommes donc repartis fascinés.

Arnaud
On est parti à l’lPAG à Grenoble , on a vu des images d’aurores boréales et Jean nous a raconté que les ours ne savaient pas monter sur les marches d’escaliers. Il nous a montré deux sphères dans un bocal sans air dans le noir. Puis il est apparu sur les sphères des aurores boréales. La visite s’est terminée à 11h30. Ensuite on a pris le bus pour rentrer à l’école.

Mattéo
J’ai retenu quand le monsieur a dit que l’inventeur s’est trompé en suspendant la boule. Mais il a presque eu raison. En penchant le canon à électrons avec ma petite boule, ça a fait un anneau autour de la petite boule.

Marlène
J’ai bien aimé quand il nous a expliqué comment était créées les aurores boréales. Il a aussi expliqué que le soleil produisait de la lumière et de l’électricité. On l’appelle le vent solaire. Il est visible autour des étoiles comme une couronne. Le vent solaire crée des lumières polaires. Il peut y en avoir dans toutes les planètes ayant une atmosphère et un champ magnétique.

Alexis
Jean, astrophysicien, nous a montré un diaporama qui montré les différentes couleurs d’aurores boréales. Il y en avait des violettes, des bleues, des jaunes, des oranges, des rouges, des vertes…
Nous avons appris que Birkeland avait inventé la Terrella. Nous avons vu la Planeterrella. Elle est constituée d’une grosse sphère avec un aimant penché comme la Terre et une petite sphère avec un aimant droit.

Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble (IPAG)