©Planeterrella Un simulateur d’aurores polaires
Accueil > fr > Le dispositif > Toutes les planeterrellas > La planeterrella de Hasselt en Belgique

La planeterrella de Hasselt en Belgique

2015 a été l’année internationale de la lumière. Fasciné par ce phénomène physique passionnant, notre département a voulu étonner les visiteurs de la Journée de la Science de cette année en leur montrant quelques expériences légères « magiques » et en particulier l’aurore mystérieuse. Tout cela sur une latitude non polaire, c’est-à-dire en Belgique.

Nous avions déjà construit une bobine de Tesla dans le passé (bien sûr en miniature), et également trouvé quelques expériences plus petites impliquant à la théorie merveilleuse derrière la lumière.
Mais nous voulions quelque chose de plus grand, quelque chose de beaucoup plus grand.

Lors d’une de nos séances de remue-méninges, le Professeur Jean Manca s’est souvenu d’un certain dispositif qu’il avait vu auparavant lors d’une de ses visites à BIRA-Ukkel, qui simulait la lumière polaire. Après quelques recherches, nous avons constaté que ce dispositif spécifique était appelé Terrella et qu’il a été développé pour la première fois par Kristian Olaf Birkeland, un physicien norvégien qui a réussi à interpréter et à expliquer la lumière polaire pour la toute première fois dans l’histoire de la science .

Mais notre recherche venait seulement de commencer. Très peu d’informations étaient disponibles en ligne sur la façon exacte de construire une Terrella, et compte tenu de notre échéance, nous ne pouvions pas nous permettre de consacrer trop de temps à retrouver les plans de construction originale de Birkeland.

Heureusement, nous avons réussi à entrer en contact avec le directeur de recherche et astrophysicien Jean Lilensten de l’IPAG (Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble), qui a souhaité avec enthousiasme aider au développement de notre propre Planeterrella. L’IPAG, et Jean Lilensten en particulier, ont consacré un temps énorme au développement et à l’optimisation de l’opus magnum de Birkeland. Comme leur conception différait légèrement de Terrella de Birkeland, ils ont rebaptisé l’appareil à « Planeterrella ».

Enfin, nous avons trouvé quelqu’un qui avait le savoir-faire et l’envie de nous guider dans notre voyage de construction de notre propre Planeterrella !

Après avoir reçu des plans de construction, des estampes bleues, des images et des directions, nous étions prêts à commencer à construire. La personne en charge de ce projet était l’ingénieur Michel De Roeve, qui a réussi à construire un Planeterrella de travail, même dans cette courte période avant la date limite.

Depuis, nous pouvons simuler la lumière polaire dans notre propre université, par laquelle nous avons enchanté de nombreux étudiants et membres du personnel.
Interprétant leurs réactions étonnées comme une autorisation pour étendre notre Planeterrella, nous l’avons présentée au grand public lors de la Journée nationale de la science de 2015. Nous avons créé un pays des merveilles d’hiver, où les visiteurs ont été guidés par des rennes, Les aurores magiques. Et malgré l’ensoleillement de son emplacement naturel, l’aurore a été chaleureusement accueillie par les jeunes et les anciens !

Institut de Planétologie et d'Astrophysique de Grenoble (IPAG)